The Deep Sea Frontier

 Intérêt sociétal 

Plus de la moitié du territoire européen est sous la mer, et une grande partie de ce territoire est située en eau profonde, au delà du bord du plateau continental à des profondeurs de plus de 200 m. Le milieu sous-marin surpasse le milieu terrestre, non seulement en termes de volume, mais également en termes de biodiversité et de biomasse. Dans cette zone, la pêche en haute mer, l'exploration et la production pétrolière et gazière se déplacent régulièrement en eau de plus en plus profonde, tandis que les industries émergentes telles que la biotechnologie marine (permettant d’obtenir des produits utiles par l'exploitation de la biodiversité génétique en haute mer) ont un grand potentiel pour l'avenir. D'origine naturelle, les risques géologiques, comme les séismes, les éruptions volcaniques, les glissements de terrain sous-marin et les tsunamis qu'ils génèrent peuvent avoir des conséquences catastrophiques. L’océan profond séquestre une fraction importante des émissions de carbone d'origine anthropique, atténuant ainsi le changement climatique, mais par conséquent provoquant une augmentation de l'acidité des océans affectant ainsi la structure des écosystèmes. Les sciences océaniques modernes doivent donc prendre en compte et contribuer au débat sur les aspects sociétaux, juridiques et politiques. Ce point est souligné dans la « Marine Strategy Framework Directive for Europe » qui requiert davantage de recherche coordonnée pour soutenir les objectifs d'exploitation durable des océans.

 Politiques européennes 

L'agenda de Lisbonne expose la stratégie de l'Union Européenne en matière de compétitivité, de croissance et d'emploi. Par conséquent, un des principaux moteurs de la recherche et développement en mer profonde, au cours des prochaines années, sera de concrétiser la vision, dans le contexte maritime, que l'Union Européenne deviendra, « l’économie basée sur la connaissance la plus dynamique et la plus compétitive au monde, capable d'une croissance économique durable avec des emplois plus nombreux et de meilleure qualité et une plus grande cohésion sociale et d’un plus grand respect de l'environnement ». La politique maritime de l'Union Européenne annonce clairement qu'elle contribuera pleinement à l'agenda de Lisbonne, en exploitant le potentiel économique des mers et des océans en harmonie avec l'environnement marin. Ceci nécessite des recherches pour mieux comprendre les effets du changement climatique, d’améliorer la compétitivité de l'industrie maritime européenne et d'améliorer les éléments pour la mise en œuvre d'une gestion écosystémique qui garantira un développement économique durable respectueux de l'environnement sur une base régionale. Des recherches soutenant le développement de nouvelles politiques de gestion durable et le développement de pratiques, d'expériences d'exploitation durable des ressources offshores, et des connaissances, va permettre à l'Europe d'assurer un leadership dans l'économie mondiale.

 Les questions scientifiques  

La compréhension des écosystèmes d'eau profonde et de la façon dont les processus biogéochimiques réagissent au changement climatique nécessitera une attention accrue dans un proche avenir. Les changements dans les flux entre la colonne d'eau, le fond marin et le sous-sol océanique et la façon dont ils pourraient moduler le changement climatique ou varier en fonction de celui-ci auront besoin d’être prédits. Les points de basculement où un changement progressif peut produire un changement notable et rapide de régime (biologiques, biochimiques ou physiques) devront être identifiés. La façon dont les processus agissant dans le sous-sol océanique affectent les fonds marins et la colonne d'eau devra aussi être étudiée. A partir de la seule fourniture d'un solide socle de connaissances, une exploitation écologiquement durable de la mer profonde peut être convenablement planifiée et contrôlée. La biodiversité et la connectivité génétique des communautés d'eaux profondes sont des domaines qui devront également être explorés. Enfin, une meilleure compréhension des risques géologiques sous-marins, de leurs réponses aux changements climatiques et de la menace qu'ils font peser sur les zones côtières sera nécessaire.

 Outils et techniques 

La nature hostile de l'environnement en haute mer nécessite des solutions d'un niveau similaires à la complexité de la recherche spatiale, des solutions technologiques sophistiquées et une approche pluridisciplinaire. Le nombre des grands projets d'infrastructure de haute mer actuels et futurs, apportera des avancées significatives dans les domaines de la recherche, de la maintenance, de la surveillance et de la réduction des impacts environnementaux des produits d'ingénierie et des méthodologies. L’approvisionnement en infrastructures d'informations et en technologies de communication (TIC) pour les observatoires et les plates-formes sous-marines câblés sera à même de stimuler l'innovation dans le stockage massif des données et leur traitement, dans les technologies des capteurs et des plateformes autonomes. Les composants clés seront l'accès aux navires de soutien et de recherche en surface, les véhicules de haute mer et les équipements associés; l'amélioration de la cartographie à haute résolution et de l'imagerie des fonds et du sous-sol marins; les technologies de pointe pour effectuer des prélèvements de roches, de sédiments, de fluides, de faune et de microbes; les mesures in situ des principaux paramètres océanographiques, géologiques et biogéochimiques, l'accès aux capacités de forage pour diverses tâches scientifiques, comme l'examen des carottes; l'observation in situ et le suivi en continu, comme les mesures répétées à haute résolution, les mesures en continu, et l’échantillonnage déclenchés en fonction d’événements particuliers; les bases de données mondiales et les archives d’échantillons; les proxies paléo-océanographiques permettant de compléter les mesures brèves de l'océan profond sur des échelles temporelles climatiques.

 Conclusion 

L'Europe est un acteur de premier plan sur la scène mondiale dans la recherche en eaux profondes. En s'appuyant sur des réalisations antérieures impressionnantes et en consolidant la position de l'Europe, il faudra poursuivre l'intégration et l'investissement dans la recherche en eaux profondes.

__________